Le portrait de Christine LAGARDE

A comme Avocate, son premier métier exercé à compter de son inscription au barreau de Paris en 1981 dans les spécialités du droit social puis de la concurrence et des fusions acquisitions.

B comme Baker McKenzie, le cabinet d’avocats d’affaires qu’elle intègre à Paris en 1981 et dont elle gravira tous les échelons durant les vingt-cinq années qui suivront pour devenir en 1999 la Présidente du Comité exécutif monde puis en 2004, la Présidente du Comité stratégique mondial.

C comme Combats à l’image de la corruption dans le monde « qui affecte les pauvres (…) et sape la confiance dans les institutions » et contre laquelle elle lutte au sein du FMI. Inlassable militante pour la parité homme-femme, elle œuvre à titre personnel pour une contribution féminine de poids au sein des plus grandes instances face aux défis mondiaux à relever.

D comme Direction, celle de ne jamais renoncer ni à ses ambitions ni à ses rêves en trouvant des alliés.

E comme Etudes qu’elle suit aux Etats-Unis à Holton Arms School à Bethesda (Maryland) et en France où elle obtient de diplôme de l’institut d’études politiques d’Aix en Provence en 1977 (Sciences Po) après un master à Nanterre. Elle échoue deux fois au concours de l’ENA.

F comme Fond Monétaire International (ou FMI) dont elle devient en 2011 la Directrice générale avec le soutien des pays européens et l’appui tacite des Etats-Unis et de la Russie. Elle est reconduite en 2016 pour 5 ans.

G comme Grand-mère (et mère de deux fils), ce qu’elle est fière de rappeler.

H comme Honneurs nombreux qu’elle reçoit. En France, elle est faite Chevalier de la Légion d’honneur par Jacques Chirac en 2000. En 2009, elle est nommée meilleure ministre des finances de la zone euro par le Financial Time puis la même année et la suivante sacrée parmi les 100 personnes les plus influentes par le Time. En 2018, elle est consacrée troisième femme la plus puissante au monde par le magazine Forbes (elle était trentième en 2009).

I comme ING  l’institution financière internationale d’origine néerlandaise dans laquelle elle entre au conseil de surveillance en 2005.

J comme Jeunesse qu’elle passe au Havre après être née Christine Lallouette le 1er janvier 1956 à Paris.

K comme KO, ce qu’elle aurait pu être après sa mise en examen et le sévère réquisitoire du juge en charge de l’affaire Tapie qui l’accuse d’une faute politique dans un arbitrage trop favorable. En 2016, la Cour de Justice de la République (CJR) la déclare finalement coupable de « négligence », avec dispense de peine et de mention au casier judiciaire en raison de sa personnalité et de sa réputation internationale.

L comme les deux Lois majeures du quinquennat auxquelles elle a contribué : la loi TEPA, qui défiscalise les heures supplémentaires et allège les droits de succession, et la loi de modernisation de l’économie (LME), qui vise à encourager les entrepreneurs tout au long de leur parcours, à relancer la concurrence, à renforcer l’attractivité du territoire et à améliorer le financement de l’économie.

M comme Ministre de l’Économie et des Finances, ce qu’elle est de 2007 à 2011 sous la présidence de Nicolas Sarkozy après avoir été ministre déléguée au commerce extérieur en 2005 puis ministre de l’agriculture durant 4 mois en 2007 sous le gouvernement Fillon. A Bercy, au pire de la crise financière de 2008, son ministère organise le sauvetage des banques françaises puis le premier plan de soutien à la Grèce.

N comme Natation synchronisée, son sport de prédilection pour lequel elle reçoit une médaille de bronze au championnat à 15 ans.

O comme Ovation, de la part des députés de droite lors de son départ pour le Fond Monétaire International à Washington.

P comme Pionnière, ce qu’elle a été plusieurs fois en tant que 1ère femme à des postes prestigieux et notamment Présidente du comité stratégique de Baker McKenzie, ministre française de l’économie et des finances et Présidente du Fonds Monétaire International (FMI) et désormais Présidente de la BCE (Banque Centrale Européenne).

Q comme Qualités, nombreuses pour ce qui la concerne et reconnues par les grands dirigeants pour son action au sein du FMI. Sa parfaite maîtrise de l’anglais a également été considérée comme un facteur de succès.

R comme Raffarin Jean-Pierre, l’homme qui lui a permis de débuter une carrière politique en France en entrant dans le gouvernement Dominique de Villepin.

S comme Surendettement des ménages qu’elle souhaite limiter dans le cadre d’une réforme du droit de la consommation et d’une loi qui porte son nom.

U comme Union Bancaire Européenne, son nouveau champ d’intervention depuis sa nomination à la Présidence de la BCE (Banque Centrale Européenne) sur proposition du Conseil européen à la suite de Mario Draghi qui quittera ses fonctions le 31 octobre 2019.

V comme Valeur, celle dont on doit avoir conscience pour avancer.

Au moment où j’ai pris la présidence de Baker McKenzie, j’ai averti : « Je veux exactement la même chose que mon prédécesseur et je ne discute rien en dessous ! » Je pense qu’il faut avoir conscience de sa valeur. Et ne pas céder.

W comme World, le terrain de jeux d’une femme à la réputation internationalement reconnue. On dit qu’elle aurait le tour du monde au moins trois fois !

X comme Xavier Giocanti, chef d’entreprise marseillais avec lequel elle vit depuis 2006.

Y comme You Martial, son premier biographe. Voici deux propositions pour aller plus loin dans la découverte de son parcours hors du commun :

Martial You, Christine Lagarde « Serre les dents et souris » – Itinéraire d’une femme d’influence, Éditions Alphée, 2010

Cyrille Lachèvre, Marie Visot, Christine Lagarde : enquête sur la femme la plus puissante du monde, Éditions Michel Lafon, 2011

Z comme Zen, car il y a des étapes dans la vie professionnelle qu’elle a accepté. « Je l’ai réalisé chez Baker quand, n’ayant pas rapporté assez de clients parce que j’étais devenue mère, on m’a lancé : « Tu ne pourras pas être partner cette année, tu vas attendre une année de plus. » Je l’ai accepté. Ensuite, j’ai rattrapé le temps. Il faut intégrer la vie personnelle dans son parcours et bâtir une stratégie intelligente. »

 

Isabelle Christophe – Encre de Vies

 

 

 

 

Sources : Articles Elle Active du 5 avril 2019 – Les Echos du 2 juillet 2019 – Challenges biographie et Wikipedia

Crédit photo : Les Echos

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s